Vérités Mégalithes 1

https://www.youtube.com/watch?v=4YNNkVzumhA

The Truth About Megalithic Structures

LA VERITE SUR LES STRUCTURES MEGALITHIQUES 

Quand on regarde les constructions mégalithiques, on se demande quand ont-elles été construites et encore plus important pourquoi ?

Ces monuments se trouvent partout sur la planète. Il y a une similitude de leur forme ; partout, Amérique du Nord, du Sud, Europe, Chine. Partout ces mégalithes et ces  structures pyramidales semblent correspondre et répondre  à un certain objectf. Tres souvent elles  s’alignent avec les constellations. Beaucoup de ces sites sont des observatoires astronomiques. Si nous considérons que le temps est cyclique, avoir la connaissance de la position des constellations, c’est avoir la connaissance du passe et de l’avenir. Beaucoup de ces sites sont alignes avec certaines constellations, qui vont se montrer et puis réapparaitre après un cycle de temps très long de 26000 ans, compte tenu de la précession des équinoxes.

Les 12 constellations autour du plan de l’écliptique du soleil sont une horloge céleste

Beaucoup d’anciennes civilisations, connaissaient ce cycle de temps.La question c’est comment en avaient-ils eu connaissance sans ordinateurs ou système d calcul ? En créant ces monuments ils ont pu se situer dans ce grand cycle du temps. Regardons ces monuments mégalithiques. Beaucoup de ces sites ont été choisis sur terre pour se situer en alignement avec ces constellations. Cela est très important à comprendre. Beaucoup de ces sites quand on regarde attentivement révèlent un type d’architecture qu’on ne peut même pas réaliser aujourd’hui. Si on regarde Teotihuacan, Tiahuanaco, Machu Pichou, tous ces noms nous sont familiers. Il y a une région appelle lac titicaca. Tiahuanaco et Puma Punko semblent être situes comme d’ancien ports à cote de l’ancien lac Titicaca quand le niveau des eaux était plus élevé ou associes d’une certaine manière au lac Titicaca

Tous ces sites ont des structures de type similaire, mais leur architecture reste très surprenante On peut voir que les blocs sont parfaitement ajencés  et connectes les uns aux autres sans le moindre mortier. Le site le plus fameux est Puma Punko. Tout ce qu’on peut trouver ailleurs d’architecture surprenante, on le trouve ici dans les ruines de Puma Punko.

Peut-être qu’il y a eu un port ici, mais ce qui surprend le plus, c’est la qualité de liaison entre les blocs .Pour l’expliquer ce qui nous vient à l’esprit, c’est un procède appelle vitrification. A Puma punko, ces blocs sont un défi à la logique. Ils pèsent des centaines de tonnes, tailles et transportes depuis des carrières qui sont à des kilomètres. Ensuite ils ont été travaillés  pour obtenir des formes qui s’imbriquent parfaitement.

On ne sait pas comment ils ont été transportés et comment ils ont pu réaliser des joints d’assemblage si compliques.

ON a donc developpé une théorie qui se réfère à la vitrification.

Nous presiserons par la suite ce qu’on entend par vitrification ou ramolissement de la roche.

Les monuments que l’on voit à Puma Punko sont dans une zone désertique sans végétation. Le site était plus ou moins un ancien cours d’eau. Si on demande aux locaux qui a réalisé ces constructions, ils vous répondent que cet endroit fut édifie par des dieux. Il apparait que ces dieux ou quoi qu’ils fussent ont détruit Puma punko pour une raison inconnue.DE grands blocs ont été détruit et brises en plusieurs morceaux. Peut-être qu’il y avait ici une technologie perdue qu’ils ont voulu cacher pour que l’on ne puisse pas l’interpréter, ou peut-être qu’il y eut une guerre. Mais certains éléments pointent vers une destruction planifiée. Certains de ces blocs ont des formes très difficile à comprendre

Comment cela a été réalisé ? Ce qui est intéressant sur la façon dont ces blocs ont été travaillés c’est que cela nécessite un seul procède. L’habileté d’utiliser les blocs parmi les matériaux rocheux les plus résistants, granite, diorite et de les rendre malléables comme d e l’argile, comme de la lave, comme du mortier. Beaucoup de ces roches qui ont été découpées ainsi avec une grande précaution d’alignement, montrent des signes d’une intense chaleur. Leur surface est glacée comme du verre. C’est comme si vous aviez un bloc  de lave et que vous le découpiez avec un rasoir. Sur la surface de découpe on découvre alors cet aspect de vitrification. On le voit parfaitement sur tous ces blocs. Donc, ils, ont pu réaliser ces formes sur des roches à  l’état malléable. Ils ont pu découper ou presser des formes sur ce matériau pour obtenir des impressions en creux. Il n’y a pas d’autre explication. Si on essaye d’expliquer qu’ils ont utilisé des outils avec des scies a pointes de diamant, ou qu’ils avaient quelque  système de découpe avec un système d’ordinateur,  il n’y a pas moyen de l’expliquer. Le seul moyen de l’expliquer c’est de dire qu’ils pouvaient rendre les roches malléables dans un état similaire a de la lave .Alors il devenait très facile de réaliser ces découpes très compliquees.Il suffisait aussi de presser un modele ou négatif sur le matériau et d’obtenir une forme ou positif imprimée.

Cela explique les arrondis des arêtes pour permettre le démoulage ou retrait de modelé. ON peut voir cela sur les pinces d’accrochage réalisées en creux sur les blocs. ON voit bien que ces pinces ont été moulées dans la masse par enfoncement du modèle plein. Il leur suffisait après de couler du métal cuivre ou bronze ou quelque chose de similaire pour obtenir le blocage entre deux blocs. On peut aussi imaginer que ces connections de pinces en métal entre deux blocs assuraient une continuité électrique ?

 

Ainsi pour ces trous perces avec une précision de laser

Cela est encore impossible sans un genre de laser ou un foret a pointé de diamant avec l’emploi, de plusieurs forets. Mais la précision et la tolérance très serre de ces trous d s’explique mieux avec un matériau type lave. Certaines des formes sont totalement impossibles à obtenir avec un travail de découpe ou creusements manuels

On parle de pierres très dures et ces formes  ne peuvent être obtenues que par enfoncement ou surimpression sur un matériau type lave. On voit donc une claire évidence de vitrification des matériaux avant la réalisation de différentes formes complexes plates ou en creux ou en saillie.

La pierre a dû être chauffée à de très hautes températures. Maintenant le savoir-faire pour réaliser ces formes complexes nous amené aussi à dire qu’il y a  la manifestation une sorte de magie  en technologie anti gravite que nous ne pouvons pas comprendre et qui leur permettait de déplacer des mégalithes de centaines  de tonnes sur plusieurs centaines de kilomètres.

Si on regarde les grands megalithes comme ceux de Baabeck de plus de mille tonnes comment pouvaient ils les couper  et surtout  les sortir hors du sol dans les carrières et les lever pour les transporter ailleurs. C’est quelque chose que nous ne comprenons pas encore. Ce n’est pas possible de nos jours avec nos moyens modernes de couper un bloc de cette taille, de le lever et de le transporter. On doit se demander comment ils pouvaient  bouger ce type de blocs

En utilisant nos plus grandes grues aujourd’hui cela serait impossible de bouger ce type de bloc. Si on devait le faire on pourrait peut-être y arriver mais cela représenterait un grand défi et il faudrait une quantité de moyens de levage. Les géologues actuels qui travaillent dans les carrières nous disent que des blocs mégalithiques de cette taille les rendent fous car ils ne peuvent pas imaginer comment ils ont pu faire si on suppose qu’ils n’avaient comme outils que les outils de l’époque décrits par les archéologues. Cela pose beaucoup de questions.

A Baalbek il y a des histoires véhiculées par la mémoire des anciens qui nous racontent que dans un temps reculé de plusieurs milliers d’années, les temps bibliques, des Dieux utilisaient Baalbek comme lieu d’atterrissage et de décollage des cieux Ils nous parlent de dégagement de fumées de bruits assourdissants et de flammes. On dirait le récit d’un décollage depuis un site aérospatial. Ces blocs ont été parfaitement alignes et assembles. Ils ont tenu pendant de millénaires et plus tard d’autres cultures sont venues s’installer sur ces sites et ont bâti leurs propres monuments dessus. Les blocs visibles à la base, n’ont rien en commun avec les blocs situes au-dessus  et n’ont rien à voir avec les cultures récentes qui ont récupère les sites. On parle d’une intervention soit extraterrestre soir d’un savoir perdu. Tous ces anciens sites montrent la connaissance d’une technologie que nous ne connaissons pas ou ne savons pas appliquer de nos jours.Il s’agit de Dieux ou d’une civilisation très avancée qui a disparu, mais a influence toutes celles qui lui ont succède : Egyptiens, Mayas, Toltèques, Aztèques, Sumériens

Tous semblent avoir subi l’influence d’une ancienne civilisation perdue et oubliée .Ils n’étaient peut être pas complétement humains, mais ils ont vécu ici sur terre, on les appelle les atlantes. Toute cette technologie semble être une partie des éléments de cette ancienne civilisation perdue. Ils ont laissé des traces sur toute la, planète et on peut se demander pourquoi  ils ont construit ces mégalithes et quel, était le but de ces réalisations. Les constructions  en pierre des anciens montrent une grande connaissance

Beaucoup d’autres sites comme Stonehenge nous montrent que les blocs ont été positionnes selon une certaine règle. Mais nous avons découvert aussi un  grand niveau en mathématiques et alignements vers les solstices d’été et d’hiver ainsi que des moyens de calculer les déplacements des étoiles dans le ciel, basé sur les alignements de ces megalithes.De nouveau nous avons des questions surprenantes. Comment étaient-ils capables de couper des blocs de cette taille de les déplacer et pourquoi le sont-ils places comme ils le sont ? On doit leur reconnaitre un grand savoir en sciences et mathématiques. Ce que nous savons de ces sites ,en ayant changé ces dernières années notre façon de les regarder et de les comprendre, montre qu’ils sont places d’une façon géodésique et peut être placés entre eux globalement sur la planète sur une grille d’énergie planétaire.

 

 

http://spirit-science.fr/doc_terre/grille2.html

La Terre est parcourue par un ensemble de flux énergétiques organisés en plusieurs grilles superposées et connectées, qui couvrent la terre de leur maillage aux caractéristiques précises. La structure des grilles est sous-tendue par des formes géométriques simples, les polyèdres réguliers ou solides de Platon. Dès les années 1930, plusieurs investigateurs et géobiologues ont contribué de façon souvent indépendante à découvrir ces réseaux. Ils se sont appuyés sur un faisceau d'indices tels que les anomalies magnétiques et géophysiques, la radiesthésie et les apparitions d'OVNIs. Les nœuds de ces réseaux présentent des énergies telluriques et cosmiques particulières qui en ont fait des centres de rayonnement religieux, philosophique et artistique des civilisations anciennes.

https://www.youtube.com/watch?v=ImixZpNMA4Y

Energie cosmique et failles telluriques

Energie cosmique, failles telluriques, réseau Hartmann… On entend dire beaucoup de choses sur ces sujets qui sont toujours – depuis des siècles – contestées pour le sempiternel motif : absence de preuves scientifiques. Faut-il pour autant rejeter systématiquement tout ce qui n’est pas prouvé scientifiquement ? L’absence de preuve scientifique peut-elle suffire à conclure que les choses n’existent pas ? Souvenons-nous d’Albert Einstein, un des plus grands scientifiques que la terre ait porté, qui reconnaissait humblement : « La théorie, c’est quand on sait tout et que rien ne fonctionne.
La pratique, c’est quand tout fonctionne et que personne ne sait pourquoi.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9seau_Hartmann

Réseau Hartmann

 

http://spirit-science.fr/doc-pdf/grilleIMPRESS.pdf

Résumé : L'observation des lieux sacrés partout sur la planète (mégalithes, monuments, ouvrages de terre, lieux de cérémonie) révèle qu'ils ne sont pas situés au hasard, mais sur des lignes géométriques précises. La Terre est tissée d'un réseau de ces lignes qui sont les manifestations physiques de flux énergétiques. Ils sont organisés en plusieurs grilles superposées et connectées, qui couvrent la terre de leur maillage aux caractéristiques précises. Les nœuds de ces réseaux présentent des énergies telluriques et cosmiques particulières qui en ont fait des centres de rayonnement religieux, philosophique et artistique des civilisations anciennes. Sur certains édifices, on a relevé des indices qui indiquent qu'ils ont été bâtis par une civilisation techniquement et spirituellement très avancée. Les sites sacrés avaient des fonctions de régulation énergétique des flux et d'élévation de la conscience. Après un long sommeil, la grille est actuellement réactivée progressivement jusqu'à sa pleine puissance en 2012. Ce processus entraine des bouleversements terrestres et des modifications dans nos consciences. Nos corps sont progressivement reconnectés à la grille et sont également touchés. Tout cela a un sens précis: nous sommes invités à devenir pleinement responsables de notre vie et à créer un nouveau monde en harmonie avec la Terre.

 

A Stonehenge les mathématiques et les alignements ne sont pas le fruit du hasard. Les Ombres sur le sol sont situées sur des  marques ,comme un calendrier le long du cours de la journée ,en indiquant ou les ombres doivent arriver à un certain angle. Il y a aussi un cercle de pierres qui permet de faire des alignements visuels selon que l’on se trouve à l’intérieur ou à l’extérieur

C’est une sorte de grande et très ancienne horloge. Beaucoup d’anciennes cultures connaissaient un cycle du temps  plus long et ont construit d’énormes monuments qui situent les mouvements des constellations dans ce cycle de temps long. Ils mesurent et situent des mouvements célestes qui se répètent dans le temps parfois après des milliers d’années. Ces alignements fonctionnent encore de nos jours. Cela leur servait à se situer dans le temps et connaitre leur position dans ces cycles de temps

Platon nous parle de la « Grande année », the Great Year en anglais, on parle du  temps d’Or et  aussi du  temps obscur. Toute cette information semble être contenue dans leur calendrier avec la connaissance du cycle de précession des équinoxes.

 

https://fr.wikipedia.org/wiki/Grande_Ann%C3%A9e

La Grande Année est une conception propre à certaines cultures traditionnelles, aussi bien occidentales que non-occidentales, qui comprennent le temps comme une structure cyclique. Avec le développement des connaissances astronomiques, elle a évolué du mythe de l'éternel retour aux calculs de la précession des équinoxes, ces différents modèles coexistant de nos jours dans une certaine confusion. L'astronomie moderne connait aussi l'année galactique ou « cosmique », définie par la période de révolution du système autour du centre de notre galaxie.

L'œuvre de Platon – notamment son dialogue le Timée – est une référence essentielle car elle tente de concilier la vision mythique avec une façon plus positive d'envisager les phénomènes célestes. Son texte parle d'année parfaite ou complète (« téléos eniautos »), période après laquelle la configuration du ciel se répète. Ce n'est que deux siècles plus tard que Hipparque établit la vitesse de précession des équinoxes, qu'il estime d'environ 1° tous les cent ans. Aujourd'hui, sa valeur acceptée est légèrement inférieure, produisant un cycle d'environ 25 920 ans. C'est à Ptolémée qu'on attribue principalement la confusion entre ce phénomène observable et la spéculation popularisée par Platon.

La façon dont on envisage la grande année se reflète dans le discours qui la présente; ainsi l'astrologie accorde une importance particulière à la localisation du point vernal et subdivise la grande année en « grands mois », des ères astrologiques, selon le signe du zodiaque où il se trouve.

 

Sur la sphère céleste, l'équateur céleste et l'écliptique se croisent. Les deux intersections sont appelées des nœuds. Au cours de son mouvement apparent, le Soleil croise ces deux points, l'un en passant de l'hémisphère Nord à l'hémisphère Sud, c'est le nœud descendant ; l'autre en passant de l'hémisphère Sud à l'hémisphère Nord, c'est le nœud ascendant. Ce dernier est le point vernal(noté γ, parfois g), parfois noté point de l'équinoxe vernal ou point de l'équinoxe de printemps.

 

 cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le partager sur Facebook ou à l’envoyer à vos amis », « aidez-nous à nous faire connaître en partageant cette page à vos amis/relations », « participez au succès de notre site en nous aidant à nous faire connaître » etc.