Mysteres Temple Haghar Qim 2eme Partie

 

 

//www.um.edu.mt/library/oar/bitstream/handle/123456789/21537/Les%20temples%20et%20sanctuaires%20prehistoriques.pdf?sequence=1&isAllowed=y

Publication de Mr. Anthony Bonanno

Cette publication contient beaucoup d’informations sur les recherches  sur les temples et les suppositions sur les techniques utilisées. Certaines affirmations ,feront l’objet de propositions alternatives de ma part , lorsque je juge le propos non b vérifiable ou démenti par les règles de la mécanique et ou de simples calculs.

 

Page 44 on lit:

La preuve de l’emploi de leviers provient d’entailles semi-circulaires découvertes dans la partie inférieure de plusieurs blocs verticaux des sites de Hagar Qim et Tarxien.On ne connait rien de plus…

Je ne suis pas d’accord avec cette vision des choses exprimées par le panneau sur le site du temple et par cet écrit.

Le dessin sur le  panneau applique mal les principes du levier au levage du mégalithe

J'en déduis que le dessin indiquant un moyen de levage ne correspond a aucune réalité et que les évidements semi sphériques sont à vocation  de mortaise pour l’assemblage entre les pierres , comme déjà montré précédemment.

Quant à l’affirmation de Mr Bonnanno disant qu’à part cela on ne sait rien.
Ce n’est pas acceptable non plus .

Les théories sur le levage des monolithes au néolithique ont fait leur chemin et on a fait des reconstitutions avec des blocs jusqu’à  au moins 5 tonnes.

Si nous reprenons le  levage par levier Cas 1 au moment où nous sommes environ  à 30 degrés ,avec les calages bois  sous le bloc ,on se retrouve dans le cas de l’expérience réalisée par
CPIE ValdeVilaine

levage bloc mégalithique - 2 eme partie


CPIEValdeVilaine
en 2008

//www.youtube.com/watch?v=e3CUUglBcj4

 

A l'occasion de la fête de la Préhistoire en 2008 à Saint-Just, les 500 visiteurs présents ont pu participer à la 2eme étape d'élévation d'un bloc mégalithique de 4 tonnes et 4,35 mètres de long, à l'aide d'un chevalet en bois et de grands cordages. Cette étape intervient après une première phase de travail aux leviers de bois pour obtenir l'inclinaison suffisante, et le placement du bloc dans sa fosse de calage.

IL faut reprendre le levage avec une chèvre en bois et des cordes.
Le bloc fait 4 tonnes et 4,35 mètres de long

Je leur ai demande combien de personnes avaient procède à ce tirage –levage

On m’a répondu :

Bonjour, il y a eu 79 tireurs enregistrés pour cette expérience. L'organisateur de ce levage, Philippe Guillonnet nous indique par contre que " ce chiffre n'est pas pertinent car la chèvre n'était pas adaptée à la pierre et lorsque nous avons relevé la même pierre à Pipriac avec une chèvre différente, nous avons mis moins de gens. Environ 50 personnes. Et puis les tireurs étaient des vacanciers de tout âge... Pas des gens aguerris à l'exercice comme cela a peut-être été le cas au Néolithique.

 

Je dois rajouter :

 «La difficulté  supplémentaire à Malte c’est que les blocs ne sont pas glissés dans un creux au sol , mais posés sur un premier lit de dalles en pierre. Il faut alors caller la pierre à l’avant pour éviter qu’elle glisse , lors du levage.

 

C’est éventuellement là ,que l’évidement en demi-cercle pourrait intervenir, en plaçant la boule sphérique dans un demi évidement au sol.

Mais cela ne me satisfait pas .

Si un tel dispositif de blocage du mégalithe au sol pendant le levage avec le chèvre il vaudrait mieux mettre des plots cylindriques a tète supérieure sphérique dans des trous cylindriques au sol. On serait plus en sécurité pour éviter que le mégalithe glisse pendant le levage. On a trouvé des boules sphériques dans les temples mais aussi des cylindres. Cela reste donc une possibilité.

 


Par Eric Gaba (Sting - fr:Sting) — Own workBased

En réalité , nous ne savons pas quelle était la technologie de découpe , transport , levage de ces formidables bâtisseurs .Nous ne pouvons que bâtir des hypothèses en fonction des indices  que nous devons interpréter.

En principe ils ne connaissaient pas la roue donc pas de poulie. Mais le mystère des CAR RUTS plane sur Malte. Et s’ils avaient connu la roue ? Alors ils auraient pu aller jusqu’à imaginer des chèvres  a haubans comme chez les Romains et au moyen âge. Mais ce n’est qu’une supposition sans aucune preuve.

 

4° Mystère N° 4 :La découpe du calcaire :

 

Deux types différents de calcaire ont été utilisés dans la construction des temples: le calcaire corallin dur et gris, et le calcaire doux et pâle globigérine. Ces deux pierres ont été déposées à l'époque géologique du Miocène. Les outils de construction disponibles à l'époque étaient des haches manuelles en silex et quartzite, des couteaux et racleurs d'obsidienne volcanique, des cales de bois et de pierre, des marteaux de pierre et des leviers de bois. Aucun outil métallique d'aucune sorte n' a été trouvé dans les temples. Malte n'a pas de ressources minérales et les silex et l'obsidienne trouvés à Malte et Gozo ont probablement été importés des îles de Lipari (au nord de la Sicile) et Pantelleria (au sud-ouest de la Sicile). Après que les grands blocs de pierre ont été extraits, on pense qu'ils ont été transportés avec des rouleaux et des leviers jusqu'aux temples.  

 

 

Prenons en compte les outils tel que les archéologues nous les présentent pour l’époque.

//old.culturemalta.org/71/Prehistoric-Architecture

IL n’y a la pas grand-chose pour tailler facilement du calcaire, mais ils l’on fait  de manière intelligente. Les blocs de calcaire corallin avaient tendance à se détacher d’eux-mêmes du sol rocheux par des processus naturels .Ils étaient des lors utilises dans leur épaisseur et leur taille, rapidement prêts à l’emploi.

Les photos suivantes de Bobby Boucher au canada montrent une zone calcaire avec des failles horizontales et verticales. Il suffit de décoller les couches avec des leviers et on a des blocs tout prêts à être utilisés pour une construction.

5° Mystère N°5:La peinture sur le mégalithe ?

On y voit a la partie supérieure des cercles creuses dans la pierre tous à peu près au même niveau supérieur. On y voit aussi des traces  noires qui semblent représenter des formes allongées de personnages.

Cette pierre a déjà  attiré l’attention des visiteurs. Une explication a été donnée aux cercles supérieurs comme étant les traces des boules sphériques utilisées pour déplacer la pierre au sol.

Cette explication est très insatisfaisante pour le raisons suivantes ;

Le mégalithe n’a pas été transporté sur des pierres sphériques comme indiqué précédemment.

Si cela avait été le cas ou aurait des traces longitudinales en lignes ou sillons.

Moi j’y vois le dessin de plusieurs personnages debout avec des casques ,ou des cranes allonges

N’oublions pas qu’à Mate à l’hypogée on a trouvé plus d e7000 squelettes dont la majorité avec des cranes allonges ou dolichocéphales

 L'adjectif dolichocéphale signifie littéralement « qui a le crâne allongé » (du grec ancien dolikhos, « long, allongé » et kephalê, « tête »). Il est synonyme de dolichocrâne. Les noms correspondants sont « dolichocéphalie » et « dolichocrânie » et désignent le fait d'avoir le crâne allongé.

J’ai tout de suite pense à une peinture trouvée en inde et qui fait l’objet d’études avec demande de participation de la NASA.

//ancient-code.com/archaeologists-from-india-ask-nasa-for-help-to-investigate-paintings-of-ufos-and-aliens/

//www.rentrer.fr/archives/2016/03/30/33590207.html

Ces peintures se trouvent dans le réseau largement inexploré des grottes situées sous les villages de Chandeli et Gotitola en Inde. Les traditions de ces villages évoquent des histoires du "peuple rohela" qui sont arrivées dans des objets volants ronds. Certains villageois ont été emportés dans des objets volants et ne seraient jamais revenus.

La similitude avec 7 personnages me semble frappante.

Commentaires :

Ce n’est peut-être que le Hazard.

Mais les anciens mythes des anciennes civilisations parlent de l’arrivée d’un Dieu civilisateur accompagne de7 messagers partis parcourir la terre afin d’apporter aux rescapes du déluge le bases d’une nouvelle civilisation.

Qu’en pensez-vous ?

Cela mérite réflexion et recherches plus approfondies  que je compte effectuer prochainement.

//www.facebook.com/ArTkeleto/posts/866679286756794

« Un jour, Ecume de Mer a surgi d’un lac avec quelques acolytes. Les hommes blancs aux cheveux blonds ont tout enseigné aux indigènes, les faisant passer en l’espace d’une génération d’un statut quasi animal à une civilisation morale, policée et civilisée.

//atlantides.free.fr/serpent.htm

//ancient-code.com/archaeologists-from-india-ask-nasa-for-help-to-investigate-paintings-of-ufos-and-aliens/

//www.youtube.com/watch?v=svI5-gHA-nk

Les résultats suggèrent que les humains ont peut-être vu ou imaginé des êtres d'autres planètes après le déluge cataclysmique (tel que prédit dans la Bible), ce qui suscite encore aujourd'hui la curiosité des gens et des chercheurs.

//ancient-code.es/arqueologos-de-india-piden-ayuda-a-la-nasa-para-investigar-pinturas-de-ovnis-y-extraterrestres/

Arqueólogos de India piden ayuda a la NASA para investigar pinturas de ovnis y extraterrestres

Traduction :

La NASA a-t-elle l'intention d'aider les archéologues indiens à enquêter sur des peintures datant d'il y a 10 000 ans sur ce qui semble être des ovnis et des êtres en combinaison spatiale? Selon le Daily Star, la réponse est oui.

Partout dans le monde, les cultures préhistoriques ont essayé de transmettre un message à travers l'art rupestre antique.

Peu importe où nous regardons, que ce soit en Amérique du Nord, centrale et du Sud, en Europe, en Asie ou en Afrique, les gens qui vivaient sur Terre il y a des milliers d'années ont créé de l'art, représentant ce dont ils avaient été témoins au cours de leur vie.

Certaines de ces sculptures rupestres anciennes représentent des scènes ordinaires de la vie quotidienne, comme la chasse, tandis que d'autres illustrations remettent en question notre propre compréhension de l'histoire humaine.

Si nous voyageons en Inde, par exemple, nous trouverons une série de curieuses peintures rupestres, où certaines des images semblent représenter des "figures" qui portent une sorte d'armement et sont habillées de ce que beaucoup considèrent comme des "combinaisons spatiales".

Un groupe d'archéologues indiens a approché la NASA et l'Indian Space Research Agency pour les aider à décrypter certaines peintures préhistoriques trouvées en 2014 dans les grottes de Charama, état central de Chhattisgarh. Beaucoup de ces pétroglyphes de 10 000 ans dépeignent des figures semblables à celles des extraterrestres et des OVNI, comme on peut le voir dans les films de science-fiction d'aujourd'hui.

Archéologue JR Bhagat a été perplexe par les images, rapporte Daily Star.

Les résultats suggèrent que les humains préhistoriques ont peut-être vu ou imaginé des êtres d'autres planètes, ce qui continue à éveiller la curiosité des gens et des chercheurs d'aujourd'hui", ont déclaré les archéologues selon le Daily Star.

JR Bhagat explique que dans la ville de Charma, il n' y a pas d'experts dans le domaine qui peuvent aider à résoudre le mystère derrière les représentations curieuses, et ce que l'humanité ancienne signifiait.

Le chercheur a expliqué que certaines parties des dessins sont difficiles à interpréter et que certains personnages sont représentés par des objets qui ressemblent à des armes.

Les peintures sont réalisées dans des couleurs naturelles qui se sont à peine décolorées au fil des ans. Des figures étrangement sculptées sont vues avec des objets ressemblant à des armes et n'ont pas de traits clairs. Surtout le nez et la bouche sont absents. En quelques images, ils sont uniformes. Nous ne pouvons pas réfuter la possibilité de l'imagination des hommes préhistoriques, mais les humains imaginent habituellement de telles choses", a dit Bhagat.

 

 

Un commentaire disait:"Les preuves sont partout, il faut ouvrir les yeux, c'est tout.

Et un autre a dit: «Nous n'avons pas besoin de trouver des extraterrestres, ils sont déjà autour de nous.